| posté il y a 7 mois

Penny Dreadful, l'oeuvre gothique la plus sous côtée de tous les temps


image tirée de la série Penny Dreadful

On a tous en tête une série qui a changé la donne, qui s'est distingué d'un lot fade et toujours plus exigeant sur la quantité que la qualité. Bien souvent, la marque de fabrique de ces séries qui ont dénoté est justement de ne pas s'étendre en longueur ; pas plus de 4 ou 5 saisons d'une dizaine d'épisodes, parfois moins.
Aujourd'hui, Mooderns vous présente sur un plateau d'argent Penny Dreadful, la série gothique et romantique par excellence.

Qu'on résume bien la chose, le romantisme n'est pas une notion qui épouse les traits d'un diner aux chandelles et d'un bouquet de roses artificielles posé dans des assiettes Gifi.

image tirée de la série Penny Dreadful

Le romantisme, c'est des héros esclaves de leurs émotions, qui marchent vers un funeste destin, c'est la mort qui rôde à chaque coin de rue, c'est la lutte contre la rationalité du XIXème siècle.
Et aucune série ne saurait mieux dépeindre ce siècle que
Penny Dreadful.

Créée en 2014 par John Logan, la série est composée de 3 saisons (27 épisodes en tout) et rien de plus ; elle a cet avantage de ne pas avoir été poussée jusqu'au bout de son souffle.

Londres, seconde partie du XIXème siècle. La capitale, submergée par le fameux Smog (c'est le nom de ce brouillard provoqué par les industrie de l'époque, rien à voir avec le gros dragon sous la montagne les gars), voit se rencontrer dans ses sombres allées un panthéon de personnages tirés en grande partie de la littérature gothique.
Pour ceux qui ne sont pas très calés en littérature, restez quand même, on ne peut pas ne pas apprécier avant d'avoir gouté !

image tirée de la séries penny dreadful
Ainsi se croisent dans les saisons de cette petite pépite le Docteur Frankenstein, sa créature, Dorian Gray, Dracula, et même le professeur Van Helsing.

Tout ça sonne un peu navet me diriez-vous, et vous auriez tort. Oublions La Ligue des Gentlemen Extraordinaire et tous les films à moyen budget qui ont causé du tort à ces références. Penny Dreadful se démarque par sa poésie et sa délicatesse. Tout, absolument tout est soigné et mature.

Eva Green (qui incarne la protagoniste principale) se démarque et nous offre très certainement son meilleur jeu. La preuve est faite, les séries sont certainement le meilleur support pour mettre en valeur un acteur.


Aux côtés de Timothy Dalton (ancien James Bond), Josh Hartnett et de Harry Treadaway (qui est certainement le plus romantique de tous les Victor Frankenstein joués à l'écran), notre chère Eva affronte ses démons, et les terribles spectres qui hantent ce siècle maudit. 
Chaque saison a son antagoniste - toujours plus charismatique - et ne manque jamais de rendre un hommage à toutes ces grandes figures de la littérature et de notre imaginaire.


Mooderns aime Penny Dreadful, et si vous n'aimez pas encore, vous finirez par le faire.

Article rédigé par Guillaume