| posté il y a 8 mois

Jacques de Bascher, l’amant sulfureux des grands couturiers


jacques de bascherJacque de Bascher crédit photo: philippe heurtault

Durant la seconde partie du siècle dernier, Karl Lagerfeld et Yves Saint Laurent partagèrent la passion de la haute couture, et le désir d’habiller autrui (surtout ces demoiselles) sous le signe du raffinement à la française.

Ces deux génies de la mode furent d’élégants rivaux, et il est une passion qui les rassembla et les divisa à la fois. Cette passion prend les traits d’un dandy toxique et débridé ; Mooderns vous présente Jacques de Bascher.

Jacques de Bascher, c’est une gueule angélique de jeune prince, qui dissimule un esprit que certains qualifieraient de diabolique. Ce très cher Jacques, c’est le dandy par excellence, et familiarisez-vous avec le mot en « D » car vous allez en bouffer.

C’est le 8 juillet 1951 qu’il voit le jour en Indochine, et est élevé par alternance dans un appartement de Neuilly-sur-Seine (face au bois de Boulogne) et dans le château de la Berrière (à côté de Nantes). Voilà deux résidences qui semblaient déjà connoter ce que le petit Jacques aimerait dans la vie.

C’est à 20 ans que son caractère de dandy commence déjà à s’affirmer. Durant son service militaire, Jacques purge une peine d’un mois de prison pour « provocations répétées », et c’est sûrement le trait de caractère qui lui correspond le mieux, et qui l’élèvera et le rabaissera toute sa vie.

Le dandysme, c’est l’impertinence, un langage soigné, un esprit vif, et un savoir-être qui doit se traduire par la plus ostentatoire des manières (je cause bien hein ?).

Lorsque Jacques rentre à Paris, il a 22 ans. Le mondain qu’il est visitera de nombreux clubs réputés, et rencontrera Karl Lagerfeld (qui rappelons-le n’a pas toujours été vieux). Les deux hommes partageront alors une relation qui durera jusqu’en 1989, à savoir jusqu’à la mort du dandy dépravé.

karl lagerfeld et jacques de bascherKarl Lagerfeld et Jacques de Bascher.

Dépravé ? Mais pour quelles raisons ? On arrive dans la partie intéressante et au combien romanesque, chers amis.

Vous l’aurez compris, Jacques de Bascher avait un goût très prononcé pour la fête, la vraie. Sa marque de fabrique était l’excès. Toujours impeccable sur lui, le dandy fréquentait les lieux les plus endiablés de Paris, et se prêtait à une luxure qui rendrait jalouses les narines de Beigbeder.

Et c’est durant ces folles années que Jacques rencontre Yves Saint Laurent. Les deux hommes tombent amoureux et vivent une brève histoire durant l’année 1973. Brève, et destructrice, car Jacques entrainera son amant dans les lieux les plus sombres de la capitale. Lorsqu’ils se séparèrent, le jeune couturier vit se profiler devant lui une terrible descente aux enfers.

Jacques de Bascher, c’est l’instabilité, c’est la débauche constante, et la soif d’une vie jeune et courte. Son mode de vie (assuré par le compte en banque de Lagerfeld) le poussera à franchir perpétuellement les limites des mœurs. Il sera question de déviances sexuelles, de drogue, d’alcool, un parfait programme pour les dimanches en famille, en somme.

Jacques de Bascher et Diane de Beauvau Craon au bal de l'Opéra de ParisJacques de Bascher et Diane de Beauvau Craon au bal de l'Opéra de Paris en 1980. 

Il y a 40 ans, en flânant dans Paris à l’heure du crime, il était possible de croiser Jacques vers le jardin des Tuileries, dans Le Palace, dans La Main bleue à Montreuil, ou encore dans le château familial où il organisait des fêtes grandioses, tel un Gatsby frenchy.

Son rythme de vie et son appétit de tout le mènent jusqu’en 1984, où il apprendra sa séropositivité.

Il mourra en 1989 du sida (protégez-vous les gars), sous les yeux de son compagnon Karl Lagerfeld qui, en hommage, baptisera par la suite une demeure la Villa Jako (1990) et un parfum Jako (1998). Le créateur restera très influencé par l’impact qu’eut le dandy sur sa vie.

Louis Garel jouant le rôle de Jacques de Bascher dans le film Saint LaurentLouis Garel incarnant Jacques de Bascher dans le film 'Saint Laurent'.

L’homme débridé fut d’une telle importance pour les deux couturiers Yves et Karl qu’il ne manqua pas d’apparaitre dans les deux biopics de 2014. Pour les deux réalisations, le personnage de Jacques de Bascher est interprété par Xavier Lafitte (dans la version plus… familiale avec Pierre Niney), et Louis Garrel (dans la version que nous avons sobrement intitulé « la version sol glissant »).

Nous garderons en tête la phrase :

"Boire, se droguer, faire l’amour et bien s’habiller auront constitué la vie de comète de Jacques de Basher, parangon jusqu’à la caricature du petit monde des arts et de la mode parisienne des années 70 et 80 (...), personnage proustien, dilettante et fourbe, une allure émaciée, une fine moustache rétro, habillé comme un prince viscontien"

Qui résume parfaitement la vie de Jacques de Bascher, celui qui savait que mourir jeune, c’était mourir au sommet de sa gloire.

 

Article rédigé par Guillaume