| posté il y a 8 mois

Le Dr Pepper, ou quand le Coca Cola devient has been


bouteille de dr Pepper

Comme le disait ce cher Forrest : « The best thing about visiting the President of USA is the food ! Now, since it was all free, dans I wasn’t hungry but thirsty, I must have drank me fifteen Dr. Peppers. »

En voilà un qui a compris l’essentiel ; certains sodas se boivent sans soif. Et pourtant, si l’on demande à un individu s’exprimant dans la langue de Molière d’énumérer quelques boissons gazeuses, il y a de fortes chances pour que ce dernier (l’individu, pas Molière) débute sa liste en évoquant cette bouteille que le Santa Klaus en personne presse contre sa moustache souriante.

Cependant, le Coca-Cola, de son vieil âge, ne bat pas son cousin le Dr. Pepper, commercialisé un an avant lui par un saint homme nommé Charles Alderton, à savoir en 1885. Pour vous situer, avançons qu’il était possible  de déguster un verre de ce divin nectar dix ans avant la création du cinéma !

forest gump buvant une bouteille de dr Pepper

Depuis 2012, il est vendu en France dans les plus grandes surfaces, mais on peine à le trouver sur nos tables, sur nos cartes et sur nos panneaux publicitaires. Pourquoi une si grande injustice ?

C’est à croire que les gens ignorent que Tony Stark, Peter Parker, Octave Parango, Eric Cartman, Forrest Gump et bien sûr moi-même approuvons et recommandons les 23 saveurs mélangées dans ce soda intemporel.

Le Dr Pepper n’a pas sa recette enfermée dans les sous-sols d’Atlanta, il n’a pas pour mascotte le Père Noël en personne, et 11 000 litres ne sont pas consommés dans le monde à chaque seconde. Il vaut mieux que ça.

A boire avec moodération pour les aliénés de sucre que nous sommes. Pas plus d’un fût par demi-heure.

 

Article rédigé par Guillaume